Les télévisions locales et la participation citoyenne

 Mémoire de Master 1 Sciences sociales - Yolande Riou - 2005

A. Bevort le souligne justement[1] : « En France, la « participation des habitants » apparaît comme un « récitatif obligé » de la politique de la ville […] » (p.113) La notion de « participation » est  donc aujourd’hui une notion abondamment utilisée. Principalement abordée dans le cadre de la politique de la ville, elle permet aux citoyens d’être informés, voir consultés sur des réalisations passées ou à venir. Bien que la concertation –degré supplémentaire de l’implication des habitants- autorise une certaine redistribution du pouvoir au profit des citoyens, leur permettant d’infléchir certains projets, elle ne correspond pas tout à fait au mécanisme de « co-décision » que suppose la participation car les élus gardent encore toute la légitimité pour trancher. Cependant, c’est bien le vocable de « participation » qui est choisit pour décrire de telles pratiques.
 
Les « télévisions locales » sont également un phénomène de société depuis quelques années. Certaines chaînes nationales réalisent des décrochages régionaux pour que l’information aille au plus près des préoccupations des gens. En parallèle, des télévisions de proximité se mettent en place sur des territoires particuliers. Des études conséquentes ont déjà été réalisées sur le sujet. Pour autant, la question de la participation des habitants est plutôt abordée comme faisant partie de l’environnement extérieur des télévisions et est peu étudiée en tant que telle.