Qui sommes-nous ?

La Fédération des Vidéos des Pays et des Quartiers, association nationale d’éducation populaire, regroupe une trentaine de structures de l'audiovisuel participatif en France, associations et sociétés coopératives de production locales, télévisions de proximité.

Elle anime ce réseau, maintient le lien entre ces différentes initiatives, forme ses adhérents et les porteurs de projets.

Elle est un lieu de rencontres et d’échanges et nourrit des réflexions sur la pratique et la démarche de l’audiovisuel participatif.

Origines de la FVDPQ :

Avec l’apparition de la vidéo légère, à la fin des années 70, des collectifs se développent dans le but d’utiliser cet outil pour animer leur propre territoire.
Ils se regroupent en 1984 puis fondent en 1989 la Fédération des Vidéos des Pays, qui deviendra ensuite, pour intégrer la composante urbaine dans la dénomination, la Fédération des Vidés des Pays et des Quartiers.
La spécificité de cet audiovisuel tient dans la démarche sociale qui l'accompagne : ancrer le média au sein d'un bassin de population précis et proposer aux habitants un outil d'expression sociale, culturelle, alternative.
En 1991, la Fédération se dote d'une charte à laquelle tout nouveau membre doit adhérer pour faire partie des Vidéos des Pays et des Quartiers.

Activités

  1. Animation du réseau national des Vidéos des Pays et des Quartiers
  2. Formation et accompagnement de porteurs de projets
  3. Expertise de terrain, expérimentations, études
  4. Séminaires, rencontres européennes des médias audiovisuels participatifs
  5. Chef de file du réseau international des médias audiovisuel participatifs
  6. Coopération internationale -  Vidéo-développement
  7. Production et diffusion de programmes

Séminaire 2009 - Atelier plateau TV participatif
 

Charte de la fédération

Communauté d'appartenance

La définition du territoire comprise sous l'appellation de pays et de quartiers fait partie intégrante du projet de la Fédération. Elle correspond soit à une cité, à un canton, à un immeuble, à une ville, soit encore à une communauté culturelle ou ethnique.

Projet social

Les structures adhérentes au sein de la Fédération poursuivent un but autre que commercial. Il peut s'agir de participer au développement local, de renforcer les liens sociaux en animant des ateliers de sensibilisation auprès des habitants afin de faciliter leur mobilisation, l'expression de revendications, l'affirmation des identités...

Indépendance

Les structures adhérentes à la Fédération les Vidéos des pays et des quartiers se placent en dehors de tout clientélisme. Elles sont avant tout indépendantes, ne sont ni confessionnelles ni politiques. Mais elles se préoccupent surtout des choses de la Cité.

Démocratie

L'un des objectifs primordiaux des structures adhérentes est le souci d'une démocratisation de l'expression audiovisuelle locale. Il faut pour cela, mettre la télévision et la vidéo au service de la démocratisation, de la liberté et de l'égalité des droits. Il faut promouvoir la démocratie d'accès aux technologies de la communication.

Historique des télévisions locales en France

La France se distingue par une tradition jacobine et donc une centralisation des pouvoirs politiques et économiques.
En ce qui concerne la télévision locale, le pouvoir a donc toujours préféré mettre en place les décrochages régionaux de France 3, la troisième chaîne historique, plutôt que de favoriser une véritable implantation de télévisions régionales ou locales.

En 1972, l’Etat français a accordé à la troisième chaîne nationale publique (aujourd’hui France 3) le statut de chaîne des régions. Cette chaîne a donc été en mesure de proposer des décrochages régionaux. A ce titre, la France ne dispose pas de chaînes régionales de plein exercice diffusant 24 heures sur 24 comme l’Espagne ou l’Allemagne.

Le plan câble (canal réservé à la vie municipale obligatoire puis facultatif après 86), crée en Novembre 1982 n’a eu qu’un faible développement sauf dans quelques régions (Est).
La loi d’août 2000 sur l’audiovisuel a permis aux télévisions de statut associatif de se porter candidates à la fréquence hertzienne mais ne leur donne pas les moyens économiques adaptés.

Ainsi, la France compte aujourd’hui seulement 145 chaînes locales, dont 45 chaînes locales hertziennes et 100 canaux locaux du câble.
Leur bassin de diffusion est plus petit que les chaînes régionales de France 3, souvent à l’échelle d’un département mais plus généralement d’une communauté urbaine ou d’une ville.
 
A ces chaînes locales, s’ajoutent les télévisions de proximité des Vidéos de pays et de quartiers (associations, SCIC, SCOP), non reconnues dans la typologie du CSA, qui diffusent sur le Web et par projections publiques.
Les Vidéos des Pays et des Quartiers sont aujourd’hui répartis dans 13 régions de France. Ces acteurs de l’audiovisuel participatif sont concernés par des bassins de population plus étroits, à l’échelle d’une ville voire d’un quartier, ou par un territoire identifié par son histoire, sa langue, sa culture…

L'audiovisuel de proximité

Les associations de production audiovisuelle et les télévisions associatives adhérentes à la Fédération se retrouvent aussi bien en milieu rural (Pays basque intérieur, Plateau de Millevaches, Finistère, Parc naturel régional de la Brenne…), qu’en milieu urbain (Ile de France, Marseille, Aix-en-Provence, Amiens, Bar-le-Duc…).

Tous les modes de diffusion sont utilisés, de la “télé brouette”, “télé poussette” à la Web TV, en passant par des expériences de diffusion temporaire sur le réseau hertzien, les réseaux câblés, les fenêtres de diffusion sur des chaînes thématiques. La majorité privilégie cependant la diffusion publique suivie de débat en présence des acteurs du territoire.

 

Des bénévoles d'Aldudarrak Bideo (Pays basque)

et de Tabasco Vidéo (Marseille) en tournage

 

Ces télévisions s’inscrivent dans un modèle économique hybride, faisant appel à l’auto-production, aux finances publiques et privées, ainsi qu’au bénévolat. Elles sont à but non lucratif et relèvent de l’économie solidaire.

La télévision participative favorise l’implication des habitants dans un projet commun, qui peut-être celui de réaliser un film, de participer à un plateau télé, de devenir acteur du projet de télévision locale, d’animer des soirées de diffusion publique, d’intervenir dans les débats des plateaux télé. Par leur proximité avec les citoyens et leur dimension sociale affirmée, ces télévisions touchent des catégories de population souvent en marge socialement et culturellement : habitants des cités, populations immigrées, populations des zones rurales reculées.

Outil de valorisation du territoire, la télévision participative est également un outil de changement social en favorisant l’expression et la participation des citoyens.

Voir le film "L'audiovisuel de proximité en France" - durée : 16 min, produit en 2010.

Paroles d'adhérents - #1 - Marina Galimberti - Rapsode Productions

 

RAPSODE PRODUCTION est une structure de production audiovisuelle indépendante, créée à l’initiative de Marina Galimberti et de Jean-Jacques Doya, auteurs réalisateurs.
Elle produit et réalise des films documentaires et des applications multimédia à caractère social, culturel, économique, en lien avec la parole et l’action d’hommes et de femmes engagés.

RAPSODE développe également une base de données audiovisuelles, sur différents sujets de société, et mets en place des dispositifs interactifs de communication et des formations à la vidéo et aux TIC,

Rapsode s'investit dans la réflexion, la valorisation et la construction d’alternatives sociales, par la mise en commun de l’information et dans une perspective de regards croisés.

Marina GALIMBERTI -  Racontez nous une anecdote personnelle qui vous a conduit à excercer ce métier de réalisatrice et à faire partie de la Fédération des Vidéos de Pays et de Quartier ?

Capsule sonore et photographie réalisés en mai 2014 par Florence Chirié (Service Civique en 2014 pour La télé du 3ème /Les Têtes de l'Art) et Pascal Hennequin (photographe et réalisateur / La télé du Plateau /fokus21)

Ecoutez la capsule :

http://vdpq.org/sites/default/files/STE-000%20Mix_MARINA.mp3